Naissance :

18 avril 1904

(London, England)

Décès :

27 juin 1979

Études :

PhD, University of Toronto (1932)

Prix et distinctions :

1974 : Doctorat honorifique en sciences, Université Western Ontario

1972 : Doctorat honorifique en droit, Université Brock

Voir toutes les distinctions
Picture of Alan Burton

Pionnier de la recherche interdisciplinaire en santé

Sketch of Alan C. Burton, PhD

Un père fondateur de la biophysique moderne

Un des pères fondateurs de la biophysique moderne et pionnier de la recherche interdisciplinaire en santé, Alan Burton fut un chercheur brillant et un superbe raconteur qui exerça une influence profonde et durable sur les personnes qui l’ont rencontré. Un des premiers physiciens à s’intéresser à la biophysique, domaine qui n’était guère en vogue à l’époque, Alan Burton a surtout marqué par sa capacité exceptionnelle à appliquer les concepts de physique à la médecine et à les rendre pertinents, fascinants et, surtout, amusants. Une grande partie de son enseignement prenait la forme d’une « pause-café », deux fois par jour, où il encourageait les étudiants à compiler un carnet des « futurs prix Nobel ». On retrouve dans ses ouvrages des poèmes intrigants tels qu’une « Ode à un globule rouge ». Le travail de doctorat de M. Burton, sur le réchauffement des électrolytes par micro-ondes (domaine qui suscitait à l’époque un vif intérêt en médecine), marqua son entrée dans le monde de la biologie.

Faits saillants

Il a terminé son doctorat sur le chauffage des électrolytes par micro-ondes (un sujet d’un grand intérêt médical à l’époque)

Création du premier département de biophysique dans une faculté de médecine canadienne à l’Université Western Ontario

Auteur de plus de 160 articles scientifiques ainsi que de nombreux textes, monographies et analyses

Président de l’American Physiological Society, de la Société canadienne de physiologie et de la Société de biophysique

Historique professionnel

Répercussions sur la vie aujourd’hui

Alan Burton fut un scientifique brillant et prêt à prendre des risques, et l’impact de son travail s’est fait sentir sur tous les biophysiciens du Canada. En remettant en question les cloisonnements perçus entre les mathématiques, la physique et la biologie, il a aidé à établir un nouveau domaine d’études qui a considérablement élargi la compréhension des fonctions du corps humain. L’héritage de cet homme, qui a toujours préféré « l’aventure d’une nouvelle direction », se perpétue également chez ses étudiants qu’il a inspirés à suivre son exemple et à explorer les possibilités d’innovation.

Picture of Alan Burton

2010

  • Alan C. Burton Induction

    Intronisation à titre posthume de Alan C. Burton au Temple de la renommée médicale canadienne

    Representé par Janet-Lynn Morrison | Calgary (Alberta)

  • Retraite de l’Université Western Ontario.

    La Faculté de médecine et d’art dentaire Schulich de l’Université Western Ontario baptise en son honneur un laboratoire de physique financé par la Fondation canadienne pour l’innovation, le Alan C. Burton Laboratory for Vascular Research.

  • Publication de « Man is a Cold Environment »

    Dans ce livre, Alan Burton examine les effets physiologiques et pathologiques de l’exposition à de basses températures.

  • Concentre ses énergies sur le problème du cancer, y compris la protection contre le cancer par l’altitude

    Une fois de plus, il a montré que les notions de physique les plus simples pouvaient contribuer à mieux comprendre des problèmes médicaux complexes.

  • Alan Burton recruté à l’Université Western Ontario

    Les premiers jours – Pionniers des soins de santé

    Au bout de trois ans, il a fondé et dirige le premier département de biophysique d’une faculté de médecine canadienne. Il refuse à plusieurs reprises de nombreux postes aux États-Unis et « son département » est maintenant l’un des plus grands départements de biophysique au Canada.

  • Revient au Canada pour des travaux de guerre au Conseil national de recherches en médecine aéronautique et sur les vêtements de protection

    Ce travail constitue le fondement de la discipline de la physiologie de l’environnement.

  • À l’âge de 23 ans, il entre aux études de troisième cycle à l’Université de Toronto.

    Il a obtient un doctorat en physique en 1923.

  • Après avoir obtenu son doctorat, le M. Burton fait des études postdoctorales en sciences physiologiques et en biophysique

    Il explore les échanges d’énergie chez l’humain à la Faculté de médecine de l’Université de Rochester et travaille sur la circulation périphérique et la régulation de la température du corps humain à l’Université de la Pennsylvanie.

  • Commence sa carrière comme professeur de physique au secondaire

    Il immigre ensuite au Canada pour poursuivre ses études.

1932

La découverte lui apportait un grand plaisir.