1998 LAURÉAT Harold Johns, PhD Cancer

Naissance :

4 juillet 1915

(Chengtu, China)

Décès :

23 août 1998

Études :

PhD, University of Toronto (1939)

Prix et distinctions :

1985 : Prix W.B. Lewis, Société nucléaire canadienne

1983 : Médaille d’honneur, Association médicale canadienne

Voir toutes les distinctions
Picture of Harold Johns

Il a fondé le domaine de la physique médicale au Canada

Dr. Harold Johns

Scientifique, mentor et innovateur

Formé en mathématiques et en physique, M. Johns est réputé pour avoir appliqué les principes de la physique à la médecine et, ainsi, avoir fait une contribution marquante à la recherche sur le cancer. M. Johns s’est joint au corps professoral de l’Université de la Saskatchewan, où il a créé le groupe de physique médicale de la Commision du cancer de la Saskatchewan. Le groupe a mis au point la première unité de thérapie au faisceau de cobalt 60, un dispositif révolutionnaire qui allait faire progresser le diagnostic et le traitement du cancer et sauver des millions de vies dans le monde. Toute sa vie, Harold Johns s’est consacré à la recherche sur le cancer et ses travaux ont façonné le domaine moderne de la biophysique médicale et de l’imagerie avancée au Canada.

Faits saillants

Son manuel, The Physics of Radiology, a été imprimé en quatre éditions et traduit en plusieurs langues.

Il a été le premier à recevoir la Médaille d’honneur de l’Association médicale canadienne, le plus grand honneur décerné par l’AMC à une personne qui n’est pas membre de la profession médicale.

Il a montré les dommages causés à l’ADN des cellules par l’exposition aux rayons ultraviolets.

Il a joué un rôle déterminant dans le développement des tomodensitomètres et de l’imagerie mammographique.

Historique professionnel

Répercussions sur la vie aujourd’hui

Lorsque Harold Johns a entrepris ses recherches sur la radiothérapie, les tumeurs profondes étaient impossibles à traiter, et les taux de cancer en phase terminale étaient beaucoup plus élevés qu’ils ne le sont aujourd’hui. Grâce au travail de pionnier de M. Johns et de son équipe, en 2011, environ 35 millions de patients atteints de cancer dans le monde ont bénéficié du traitement au cobalt 60. Cette forme de traitement du cancer demeure le principal mode de radiothérapie dans de nombreux pays. De plus, les nombreux scientifiques qui poursuivent les travaux pionniers de Harold Johns en imagerie médicale ont fait avancer ce domaine de recherche et son application à des domaines jusqu’ici inimaginables

Dr. Harold Johns

1998

  • Intronisation de Harold Johns au Temple de la renommée médicale canadienne 

    Hull (Quebec)

  • Harold Johns devient chef de la Division de physique de l’Institut du cancer de l’Ontario à Toronto tout en construisant le Département de biophysique médicale à l’Université de Toronto.

    Harold Johns demeure à l’Université de Toronto jusqu’en 1980 et il passe de nombreuses années à étudier les processus chimiques des dommages causés par les rayonnements et à explorer l’imagerie médicale.

  • The Physics of Radiology

    Première publication du manuel influent de Harold Johns, The Physics of Radiology.

    Pendant des décennies, ce livre est demeuré l’ouvrage de référence faisant autorité dans le domaine.

  • McLean Magazine Headline

    Le magazine Maclean’s publie un article sur l’unité au cobalt 60 intitulé « La bombe atomique qui sauve des vies ».

    Ce titre frappe les esprits, et on popularise l’appellation « bombe au cobalt ».

  • Harold Johns and the Cobalt-60

    En octobre 1951, Harold Johns et son équipe écrivent une page d’histoire lorsque son appareil novateur, l’unité de thérapie au faisceau de cobalt 60, est mise en service et permet le premier traitement réussi d’un patient atteint d’un cancer

    Cancer

    Le traitement a eu un effet immédiat sur les taux de survie pour certains cancers, en particulier le cancer du col de l’utérus.

  • Après la guerre, Harold Johns est invité à se joindre à l’Université de la Saskatchewan.

    Il accepte une nomination conjointe de professeur agrégé et de physicien pour la Commission du cancer de la Saskatchewan. Cette dernière expérience met Harold Johns sur la voie de traitements novateurs contre le cancer.

  • Harold Johns se joint à l’Université de l’Alberta.

    Peu après son arrivée, la Seconde Guerre mondiale éclate. Pendant la guerre, Harold Johns forme des pilotes de l’aviation du Commonwealth en techniques de radar et en radiologie.

  • Fils de missionnaires, Harold Johns grandit dans l’ouest de la Chine.

    En 1926, il s’installe au Canada avec sa famille et poursuit des études en physique à l’Université McMaster et à l’Université de Toronto.

1926

L’une de ses plus importantes contributions, à titre de scientifique, de mentor et d’enseignant, c’est l’héritage qu’il a laissé à ses étudiants, qui œuvrent maintenant en recherche fondamentale sur le cancer et en imagerie avancée.